Ileana de Roumanie, un livre de Jean-Paul Besse

dimanche, septembre 12, 2010 Publié par Philippe M.

Lecture

Jean-Paul BESSE, Ileana de Roumanie, l’Archiduchesse voilée, éditions Via Romana, Parisz, 186 pages, + cahier photos de 10 pages, ISBN : 978-2-916727-74-5

Sur un sujet difficile car cette princesse Ileana (1909-1991) est, malgré notre temps très attiré par les « people », assez ignorée en dehors de quelques spécialistes, Jean-Paul Besse auteur déjà d’une douzaine d’ouvrages historiques, offre une étude très intéressante. En effet, l’auteur renouvelle quelque peu le genre de la biographie, pour au-delà de la personne, bien parler de son époque. Ainsi l’intérêt de l’ouvrage est multiple. En particulier on retiendra tout ce que Jean-Paul Besse écrit sur la Roumanie de sa naissance au milieu du XIXème siècle aux années 1944-1948 amenant son basculement dans le monde communiste, histoire peu connue et qui mérite de l’être mieux. Il donne aussi des pages très lucides sur l’Autriche des années Trente puisque par son mariage Ileana de Roumanie était aussi devenue autrichienne. Ainsi il replace la princesse dans une large histoire européenne qui la dépasse mais qui explique aussi sa personnalité et son action. Il y a un permanent aller et retour entre son époque et elle.

Arrière petite fille de la reine Victoria, fille du roi de Roumanie Ferdinand « le Loyal », le seul Hohenzollern qui sera dans le camp des vainqueurs en 1918, elle fut la sœur préférée du roi Carol II et la tante de l’actuel roi Michel. Epouse d’un archiduc d’Autriche apparenté aux Bourbons, mère de six enfants elle subit et traversa toutes les années troublées du XXème siècle roumain confronté à la dictature, au nazisme, puis à l’Armée rouge et au communisme.

Cette histoire ou cette biographie se lit donc comme un roman. Celui de notre époque.

Mais au-delà de cet aspect politique, le caractère religieux de la princesse n’est pas un des moindres aspects de sa personnalité. Orthodoxe fervente dés son plus jeune âge, Ileana, est devenue moniale en Bourgogne, au monastère russe de Bussy-en-Othe. Elle continua son œuvre pieuse aux USA en fondant le premier couvent orthodoxe anglophone. C’est là qu’elle mourut en 1991 après des années de rayonnement fécond.

L’auteur, à travers son ouvrage, nous décrit cette vie très dense qui nous replace aussi dans une Europe que l’on connait mal.
  • Digg
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Yahoo! Buzz
  • Technorati
  • Facebook
  • TwitThis
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google
  • Reddit
  • Sphinn
  • Propeller
  • Slashdot
  • Netvibes

0 commentaires:

Publier un commentaire