La guerre de 14 et la famille Ruellan

mercredi, décembre 14, 2011 Publié par Philippe M.

Sans doute aurait-on pu croire peu à peu les témoignages sur la guerre de 14-18 définitivement taris avec la mort des derniers poilus. Pourtant l’épreuve fut un tel traumatisme pour la France et les Français que le temps n’estompe pas le besoin d’en parler. D’ailleurs le centenaire qui s’approche et pour lequel déjà de nombreuses manifestations commencent à s’organiser sera l’occasion de nombreux nouveaux ouvrages et de rééditions.Le témoignage que vient de donner Marc JEAN, responsable des archives municipales de Saint-Malo, sur les frères Ruellan[1] participent à la fois du devoir de mémoire et de la découverte de textes demeurés jusqu’alors peu connus. Il en est ainsi de ce manuscrit familial écrit au début des années 1930 et qui n’était pas sorti du cercle de famille. Marc JEAN a pensé à juste titre qu’il pouvait intéresser un public plus large.

La famille Ruellan a eu dix enfants, dix frères engagés dans le conflit. Avec six d’entre eux morts aux combats et un autre décédé des suites il s’agit de la famille française la plus éprouvée. Mettant leur amour de la patrie toujours au premier rang de leurs préoccupations aucun n’a accepté de faire jouer les quelques « privilèges » accordés aux familles déjà éprouvées par des morts ou dont les pères étaient chargés de famille ce qui était le cas pour plusieurs des frères Ruellan. Pour eux il ne s’agissait pas seulement de servir mais d’être au front. C'est-à-dire là où il y avait de l’action et donc le moyen de faire triompher les armes.

Toute leur énergie est tournée vers la victoire et pour cela ils acceptent les conditions les plus dures sans se plaindre et surtout acceptent de ce conflit qui n’en finit pas. Il est bien rappelé au début que l’idée d’un conflit court était partagée par tous. Aucun combattant ne pensait être parti pour près de 5 ans. Le premier Noël approchant cela fut donné comme un premier terme et puis l’été et puis chaque offensive et cela jusqu’en novembre 1918 et les derniers terribles combats.

Le livre montre toute la place que tenait alors la foi profonde de tous ses combattants. Si l’un des frères était prêtre, les autres n’étaient que des catholiques « ordinaires » mais tous partagent la même foi et ne peuvent détacher leur sacrifice de celui qui fonde la religion chrétienne. Leur foi est partie intégrante de leur conduite. Leur devoir de chrétien se confond avec leur devoir vis à vis de la Patrie. Par là aussi le livre est très intéressant car il est très loin de tout ce que nous connaissons actuellement de société laïcisée dans laquelle on distingue le domaine du religieux et celui des devoirs que chacun de nous a vis à vis de la société civile.

Enfin l’intérêt du livre réside aussi dans son introduction dans laquelle Marc JEAN donne des chiffres intéressants que le nombre des victimes du premier conflit mondial. Il écarte l’assertion souvent entendue qui voudrait que la Bretagne ait eu plus de morts que les autres régions. Il dresse un tableau de ces familles qui ont plus d’autres contribué au conflit en y donnant beaucoup de leur fils. Si la famille Ruellan fut la plus éprouvée il rappelle opportunément le nom d’autres qui ont perdu quatre ou cinq enfants comme celle du futur Président de la République Paul Doumer dont quatre fils ont été tués.

Un bel ouvrage donc où l’on puise beaucoup et dont il faut espérer que l’approche du centenaire permette une large diffusion.

[1] Les dix frères Ruellan héros et martyrs 1914-1918, édition présentée par Marc JEAN, Saint-Malo, 2011, éditions Cristel, 270 pages, ISBN 978-284421-078-4, 22,70 €.
  • Digg
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Yahoo! Buzz
  • Technorati
  • Facebook
  • TwitThis
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google
  • Reddit
  • Sphinn
  • Propeller
  • Slashdot
  • Netvibes

0 commentaires:

Publier un commentaire