Eglise Saint-Rigomer Sainte Ténestine

vendredi, septembre 25, 2009 Publié par Philippe M.

Depuis les journées du patrimoine 2009 nous avons été amenés à présenter l'église au public. Voici le texte de la fiche distribuée à cette occasion.



Eglise de Vauhallan
Eglise paroissiale Saint-Rigomer et Sainte Ténestine



fête le 24 août


L’église de Vauhallan se dresse au cœur du bourg ancien, sur une butte qui domine la place du village. Auparavant elle était entourée de son cimetière encore attesté par une photo des années 1850.
Une croix de 1602, classée (21 décembre 1984) jouxte l’église. Restaurée il y a quelques années, elle a été saccagée en 1998 et de nouveau restau rée et son enclos fermé par une grille.
La municipalité a commencer à mettre en oeuvre une campagne de travaux de restauration de l'ensemble de l'église.
Intérieur de l'église en 1954 (coll. part)

HISTORIQUE

De la première église, fondée vers 530 par Childebert 1er, fils de Clovis et de Sainte Clotilde, il ne reste plus que la crypte, en forme de croix, de proportions très humbles et très restaurée en 1860. L’histoire raconte que le roi Childebert fit construire l’église en souvenir d’un miracle accompli par Saint Rigomer et Sainte Ténestine. Les fouilles ont permis de mettre à jour des sarcophages mérovingiens.

La chapelle romane bâtie sur la crypte à la fin du 11ème siècle, fut considérablement agrandie à la fin du 13ème siècle, époque à laquelle on construisit la nef principale.

Au XIVème siècle sous le règne de Charles VI et grâce au roi devenu seigneur de Vauhallan en 1372, l’église fut restaurée. Une des clefs de voûte (troisième travée) porte les armes royales (fleurs de lys).

En 1479, par décision du 10 décembre, l’évêque de Paris, suite aux conséquences de la guerre de Cent Ans qui a ruiné le village, décide de rattacher l’église de Vauhallan à celle de Saclay (cette situation durera jusqu’à la Révolution).

Au milieu du 17ème siècle, François Passart, seigneur par achat du fief en 1654, fit restaurer et agrandir l’église (ses armoiries figurent à la clef de voûte de la seconde travée et celles de sa femme, Andrée Lucas, à celle de la première). C’est à la même époque que furent construits le bas-côté gauche et le portail carré.

1712, la famille de Villemur offre les cloches. Une des trois a survécu à la Révolution.

Durant la Révolution, l’église souffrit énormément. En 1793, ses tombeaux furent profanés, le sanctuaire dévasté, ses boiseries brisées et le mobilier vendu aux enchères publiques. Ainsi dépouillée, l’église fut convertie en temple de la déesse Raison, à l’instar de l’église de Saclay.

L’église ne fut rouverte au culte qu’en 1823 mais les mauvais traitements et l’abandon qu’elle avait subis entraînèrent sa détérioration.

En 1853, l’évêque de Versailles dut interdire l’accès de l’église, le délabrement des lieux mettant en danger la vie des personnes qui s’y rassemblaient.

En 1859, la nouvelle administration de Vauhallan entreprit la restauration sérieuse et totale de l’édifice ; De cette époque datent les vitraux à personnages des donateurs et le vitrail du miracle de Saint Rigomer et Sainte Ténestine et de la fondation de l’église de Vauhallan dans la chapelle de Saint Vincent.


Description intérieure :
L’église est en forme de croix latine.
Elle a conservé un autel baroque, sa chaire, deux statues du 15ème siècle de la Vierge et de Saint Jean qui devaient accompagner un crucifix qui a disparu.
Deux plaques funéraires se trouvent dans l’allée centrale. Sur une on lit encore le nom d’un des anciens seigneurs de Vauhallan, Jean de Moulineaux.
Les quelques toiles qui ornent les murs et qui ont été restaurées (grâce aux bons soins d’une religieuse de l’abbaye de Limon, dévouée à l’église de Vauhallan durant quarante ans, Sœur Henriette) sont mentionnées dans un inventaire de 1721. Elles représentent les mystères joyeux : l’Annonciation, la Visitation, la Nativité, l’Adoration des Bergers, puis le martyre de Saint Barthélemy signé Brague sans oublier un Christ et sa Mère du début du 18ème siècle.
Les vitraux du XIXème siècle ont été financés pour la plupart par de pieux donateurs. Certains vitraux demanderaient actuellement à être restaurés.

STATUT
Propriétaire : commune
Affectataire : culte catholique
Ouverture : sur demande auprès du Syndicat d’Initiative ou de la Mairie
Fréquence du culte : messe dominicale, deux samedis par mois à 18h00

PROTECTION
Type de Protection : ISMH
Date de l’arrêté : 19 octobre 1927


BIBLIOGRAPHIE :
Abbé A. Geoffroy, Pèlerinage historique et religieux à l'église et à la crypte de Vauhallan, publié en 1860 à Versailles et republié en 1994 par les soins de l'association Essonne Millénaire.

Abbé Lebeuf, Histoire du diocèse de Paris, Paris,
1757, (Tome huit)


ICONOGRAPHIE :
Jean-Jacques Champin (1796-1860), une gravure (voir illustration ci-contre)
Léon Printemps (1871-1945), plusieurs tableaux


Association Essonne Millénaire
Association loi de 1901
3, Grande Rue, 91430 Vauhallan
texte màj juin 2010
  • Digg
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Yahoo! Buzz
  • Technorati
  • Facebook
  • TwitThis
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google
  • Reddit
  • Sphinn
  • Propeller
  • Slashdot
  • Netvibes

0 commentaires:

Publier un commentaire